lundi 30 octobre 2017

chez Jérémy et Julien

Un duplex dans le Marais pour Jérémy et Julien

Vivre entre l’île de la Réunion et Paris nécessite certains aménagements. Jeremy et Julien ont acheté ce pied à terre de 25 m2 pour avoir un refuge parisien lorsqu’ils quittent leur paradis réunionnais.

Comment passer d’une maison dans un jardin tropical à un petit duplex parisien ?  

En faisant le pari de transformer ces 25 m2 en véritable appartement facile à vivre où le peu de m2  ne sont pas un obstacle à une respiration mais au contraire, une façon d’aller à l’essentiel. Jouer avec les volumes et la transparence en cloisonnant tout en laissant circuler à la fois le regard et la lumière, gagner une chambre sous les combles, apporter un soin tout particulier aux moindres détails, donner douceur, charme et atmosphère chaleureuse à ce duplex niché sous les toits du Marais, prouver que « petit » peut être « grand » en lui donnant une dimension inestimable. 

Les différents espaces ont été pensés pour rythmer la vie de tous les jours et profiter pleinement des fenêtres  qui laissent entrer un échantillon de ciel parisien. Le palier se transforme en petite entrée lumineuse et dessert tout à la fois les pièces de vie et les toilettes discrètement à l’écart.  Les invités peuvent se décharger de leurs manteaux dans le placard à proximité de la porte d’entrée, profiter de toute la profondeur de l’appartement grâce au jeu des verrières, et s’installer dans le coin salon autour de la cheminée en devisant avec le cuisinier en chef du jour. La petite salle de bain n’a rien à cacher, elle s’intègre parfaitement à l’ensemble de l’appartement et affiche fièrement sa singularité. La cuisine est ouverte sur l’espace de vie tout en gardant sa propre identité, elle est délimitée par le bar et la verrière et permet d’accueillir jusqu’à 6 convives autour du plan de travail. La chambre/dressing accessible par un charmant petit escalier est à l’écart au 1er étage avec un lit sous les étoiles.

Un pied à terre romantique pour Jérémy et Julien qui a le charme des cabanes urbaines et un goût de l’enfance retrouvée.





















vendredi 21 juillet 2017

Chez Eric et Nathalie


Un pied à terre parisien de 35 m2 pour Eric et Nathalie afin de prendre le pouls de la capitale, de faire le plein en expositions et pièces de théâtre, de profiter des amis et de la famille où tout simplement du temps qui passe.

Un appartement atypique où la fantaisie des angles et de la distribution l’emporte haut la main sur la logique et le rationnel.

C’est probablement cette poésie qui se dégage d’un lieu insoumis aux dictats de l’architecture contemporaine plutôt habituée aux cubes et aux carrés qui m’a guidée dans mes choix esthétiques et dans la réorganisation de l’espace.

Les murs font de la résistance et restent campés sur leur épaisseur mais, sans les brutaliser, nous changeons les règles de vie en nous adaptant aux contraintes :

Le couloir, véritable poumon de l’appartement, se dégage des placards encombrants pour laisser respirer la circulation et s’habille d’un jaune bouton d’or pour mettre en valeur la collection de chapeaux et les photos, souvenirs d’un périple au japon.

La chambre, légèrement en retrait et au calme sur cour, reste fidèle à elle-même, pièce de nuit. Un lit, un bureau d’appoint chiné, une collection de miroirs anciens et des couleurs pour réveiller le tout.

La salle de bain se transforme en dressing attenant à la chambre. Et expose sagement sa collection de boites pour trier et ranger.

La petite cuisine éloignée de l’espace de vie où l’on était comme dans un placard devient une salle de bain confortable et lumineuse à proximité des toilettes. L’esprit reste classique avec des carreaux métro bleu/gris et blanc et des carreaux aux motifs 1900. Douceur et discrétion.

Et surtout la pièce principale, de dimension modeste, bouscule les règles, se fiche des convenances : elle se transforme en grande cuisine spacieuse et en salon. Un plan de travail de 4 m de long qui se moque des kitchenettes habituellement dédiées aux petits espaces et déroule avec insolence son plan de granit sur toute la longueur de la pièce. En partie supérieure un meuble hybride, alternance de casiers et d’étagères, expose les livres, comme la vaisselle ou les objets d’art pour alimenter son statut ambiguë de cuisine/salon. La petite table ronde permet d’y prendre un café, de dîner ou de se poser pour écrire un mot. Le canapé avec son applique de Wo&Wé permet de lire et d’étaler ses jambes sur un pouf ou de recevoir ses amis autour de la table basse. C’est le coeur de l’habitation qui permet tout à la fois de se ressourcer et de se nourrir de rencontres, de lectures, ou de petits plats.

Un pied à terre parisien pour Eric et Nathalie, pensé comme un refuge sensible et métissé.

Vive la mixité et le mélange de genre. L’art de vivre s’invente tous les jours.










Linge de maison de la boutique Caravane, miroirs et meubles chinés, applique industrielle de Wo&Wé, gravures d'Anne-Marie Fiquet, dessins d'arbres de Sourena Parhizkar